• Le pissenlit

    PISSENLIT

    Nom scientifique : Taraxacum officinale, Leontodon taraxacum 

    Famille : composées, astéraceae

    Synonymes : dent-de-lion,  florin d’or, laitue de chien, couronne de moine, salade de taupe, chopine, cochet, dent de chien, tête de moine, tête-de-moineau.
    Allemand : Löwenzahn, Kuhblume
    Anglais : Dandelion

    Classification : angiosperme

    Description :

    Plante herbacée, vivace,  commune qui pousse partout dans le monde. Cauchemars des jardiniers  car elle est extrêmement difficile à éliminer, elle représente une plante médicinale de grande valeur.


    Elle porte au ras du sol une rosette de feuilles basilaires, de forme caractéristique, dite en "dent de lion". Elles sont  situées à la base de la tige, allongées (jusqu'à 20 cm de long) vertes foncées et très découpées.

    Feuille

    Bouton floral

    La tige est duveteuse, cassée elle laisse échapper un liquide blanc,  le latex  (pour cette raison elle fût employée pour la fabrication du caoutchouc).

    Contrairement à ce que l'on pourrait croire, la tige du pissenlit ne porte pas une fleur mais des centaines, rassemblées dans le réceptacle. Le pissenlit fait partie de la famille des composées (plantes qui regroupent plusieurs fleurs dans un seul réceptacle). Ces fleurs sont des ligulées (fleurs à plusieurs pétales soudés en une languette qui fait penser à un grand pétale unique).

    La fleur, dépourvue de sépales,  possède des bractées (petites feuilles qui entourent la base du capitule, et qui le protègent comme des sépales).





    Les organes mâles, sur les ligulées, sont les étamines (il y en a 5 soudées entre- elles par leurs extrémités). L'extrémité des étamines s'appelle l'anthère, c'est la partie dans laquelle se forment les grains de pollen (spermatozoïde de la fleur). Les organes femelles sont le pistil (qui contient les cellules sexuelles de la femelle), le stigmate et l'ovaire. Sur le pissenlit, c'est le pistil qui en grandissant va séparer les étamines et ainsi permettre aux insectes butineurs de prélever le pollen.



    Les fruits, qui forment une boule duveteuse à maturité, sont des akènes fusiformes, munis d'une aigrette de poils blancs qui leur permet de se disperser à de grandes distances. Ils sont munis de petits parachutes sur lesquels les enfants soufflent avec bonheur.

    Bouton de fleur fanée

    plantes entière

    Les racines, très fortes de type pivotant, s’enfoncent verticalement dans le sol, jusqu’à des profondeurs pouvant atteindre 2 mètres. On remarque également sur la photo ci-dessous, que la base des feuilles reste au niveau du sol et qu’ainsi la tige n’en porte pas.
    Tous les organes de la plante sont parcourus par un latex blanc.


    Remarque :
    le pissenlit a environ 150 cousins, que seuls les experts peuvent différencier les uns des autres.

    Reproduction
    Le pissenlit est une plante dite hermaphrodite, elle a des organes mâles et femelles. Grâce à eux et à ses multiples fleurs dans son réceptacle, un insecte (abeille ou autre) peut lui permettre de s'autoféconder et ainsi de se multiplier.


    Comment ça marche ?

     La maturation des sexes dans une fleur de type ligulée est décalée, l'organe mâle est mûr avant la femelle.
    Le pollen est recueilli par les insectes butineurs, à l'extrémité des étamines, qui arrivent à maturité avant le pistil. Ensuite le stigmate s'écarte pour laisser la ligulée devenir femelle et être fécondée par le pollen d'une autre ligulée ou même d'un autre pied de pissenlit.
    La fécondation donne naissance à un fruit, l'akène, muni du fameux parachute duveteux. Ces fruits sont disséminés par le vent, sur des distances pouvant atteindre 10 km.


    En conclusion, un pied de pissenlit peut s'autoféconder seul, mais une de ses fleurs ligulées ne le peut pas.

    Parties utilisées : toute la plante, feuilles séchées, racine, fleurs

    Période de récolte. : Les feuilles sont  cueillies avant la floraison,  les racines sont récoltées au printemps ou à l'automne, les tiges . Assurez-vous toujours de n’être pas dans un secteur traité avec des herbicides ou autres produits chimiques.

    Principes actifs : Taraxacine, taraxastérol, flavonoïdes

     Dans toutes les parties de la plante, on trouve des lactones sesquiterpèniques  particulièrement amères (lactucopicosides, germacranolides et eudesmanolides) et des alcools terpéniques pentacycliques (taraxastérol et leurs dérivés).

    Le latex contient des dérivés triterpéniques et pentacyclique (taraxerol), un pigment luteinique, la taraxanthine.

    La racine est riche en inuline ( 40% en automne), principes amers, tanins, acides, terpènes, stérols et en fructose (surtout au printemps).

    Les feuilles vertes sont riches en
     vitamines A, béta carotène, vit B et C, flavanoïdes, fibres et minéraux particulièrement fer, calcium, potassium, manganèse, magnésium,….

    (Pour ceux qui souhaitent approfondir la chimie des plantes, voici un site qui en donne une composition très approfondie : http://www.ars-grin.gov/duke/plants.html
    On peut effectuer les recherches avec le nom scientifique ou le nom anglais des plantes. Une banque de données très intéressante...)

    Valeurs nutritionelles

    Nutriments

    Unités

    Pissenlit cru

    Eau

    g

    85.6

    Energie

    kcal

    45

    Protéine

    g

    2.7

    Lipides totaux

    g

    0.7

    Glucides

    g

    9.2

    Fibres totales

    g

    3.5

    Minéraux

     

     

    Calcium

    mg

    187

    Fer

    mg

    3.1

    Magnésium

    mg

    36

    Phosphore

    mg

    66

    Potassium

    mg

    397

    Sodium

    mg

    76

    Zinc

    mg

    0.41

    Cuivre

    mg

    0.171

    Manganèse

    mg

    0.342

    Sélénium

    mcg

    0.5

    Vitamines

     

     

    Vitamine C

    mg

    35

    B-1 (thiamine)

    mg

    0.19

    B-2 (riboflavine)

    mg

    0.26

    B-3 (niacine)

    mg

    0.806

    B-5 (acide pantothenique)

    mg

    0.084

    B-6 (pyridoxine)

    mg

    0.251

    Acide folique

    mcg

    27.2

    B-12

    mcg

    0

    Vitamine A

    I.U

    14000

    Vitamine A

    mcg RE

    1400

    Vitamine E

    mcg ATE

    2.5

    Lipides

     

     

    Acides gras saturés

    g

    0.17

    Acides gras mono insaturés

    g

    0.014

    Acides gras poly insaturés

    g

    0.306

    Acide linoléique (18:2)

    g

    0.261

    Acide alpha-linolénique (18:3)

    g

    0.044

    Cholestérol

    mg

    0

    USDA Nutrient Database for Standard Reference, Release 13 (November 1999)

    Propriétés :
    Cholagogue,
    Cholérétique
    Dépuratif,
    Diurétique
    Hypocholestérolémiant
    Régulateur du transit
    Tonique
    Stomachique

    La feuille est utilisée comme diurétique et dépuratif. Les sujets qui souffrent du foie et de la vésicule biliaire tireront un grand bénéfice d'une cure de salade en saison, car c'est un excellent cholagogue.

    La racine de pissenlit est un puissant dépuratif. Elle agit sur le foie, la vésicule biliaire et le rein, et facilite ainsi l'élimination des toxines, quelle que soit leur origine.

    Indications : Ces propriétés expliquent en partie l'action positive du pissenlit sur certains troubles cutanés (eczéma, psoriasis, furonculose, acné), ainsi que sur certains troubles rhumatismaux (goutte, arthrose…).

    Le pissenlit est particulièrement apprécié pour son action diurétique sûre et sans effet indésirable. Il permet de nettoyer l'ensemble de l'organisme en éliminant les toxines accumulées dans le corps.

    Le pissenlit agit aussi au niveau digestif en augmentant l'écoulement de la bile et en stimulant les foies paresseux. Des travaux modernes ont établi que l'extrait de pissenlit double et même quadruple le volume de bile excrétée par demi-heure.  C'est par conséquent un excellent draineur d'un foie congestionné et d'une insuffisance hépato-biliaire.

    Par son effet "nettoyant" global, le pissenlit permet l'élimination des calculs biliaires et rénaux. Il est recommandé de faire une cure de pissenlit à chaque printemps pour remettre l'organisme à neuf en le débarrassant des déchets accumulés par la nourriture lourde et encrassante de l'hiver.

    Particularité intéressante, alors que les plantes diurétiques provoquent une carence en potassium,  la feuille de pissenlit en possède tant, qu'elle le transmet à l'organisme.

    De par sa composition chimique équilibrée, la racine de pissenlit élimine les toxines d'origine infectieuse et celles qui proviennent de la pollution.

    Lors de maladies auto-immunes telles que la polyarthrite rhumatoïde, le foie est l'un des premier organe incriminé. La moitié d'une tasse de jus de pissenlit, le matin et au coucher semble être efficace.

    Le jus de pissenlit est aussi bon pour l'obésité, la goutte, l'hypertension, l'artériosclérose, les calculs rénaux... Sa vitamine A booste notre système immunitaire et son pouvoir alcalin  permettrait de traiter le virus d'herpès.

    Ami du foie, il l'est aussi de nos artères et veines. Il semblerait diminuer le cholestérol et atténuer les varices.
    Le pissenlit aurait aussi une action antibactérienne.


    Emplois divers :


    L'infusion se prépare avec les feuilles sèches ou fraîches, à raison de 30 à 60 grammes par litre d'eau.


    Décoction :

    -     Faites tremper à froid pendant 2 heures, 30 g de feuilles et racines dans un litre d'eau. Chauffer à feu doux, et juste avec l'ébullition, retirer du feu et laisser infuser 10 minutes, boire une à deux tasses, c'est très amer !

    -    30 à 60 gr de racine fendue et coupée en petits morceaux dans un litre d'eau; bouillir puis infuser comme ci-dessus; boire 3 tasses, matin, midi et soir, 1/4 d'heure avant les repas. C'est très amer.

    Il entre dans la composition de phytomédicaments à visée hépatobiliaire.  La teinture mère facilite les fonctions d'élimination ; la posologie moyenne est de 200 gouttes par jour. On peut associer TARAXACUM T.M. 50 à 150 gouttes par jour,  avec ROSMARINUS ( romarin) et CYNARA (artichaut).


    Comment le manger ?
    La salade se prépare avec les toutes jeunes et tendres pousses. La cure doit être poursuivie 15 jours, midi et soir.
    On le sert d’habitude avec une vinaigrette chaude souvent accompagnés de lardons. Ce n'est pas le plat le plus sain ! Il est préférable de remplacer ces lardons par des petits ails grillés dans une huile végétale. On peut aussi mélanger les jeunes feuilles avec des croûtons, des oeufs, des morceaux de fromage...

    Vous pouvez aussi le cuire à la vapeur et le servir avec quelques pommes de terre nouvelles.

    Les boutons de fleurs peuvent être utilisés en remplacement des pointes d'asperges.

    Les racines grillées peuvent être un bon substitut du café. 
    Elles peuvent aussi être grillées avec un oignon et de l'ail ou ajoutées à un potage.

    Cuit, hâché et relevé de beure ou de jus de viande, il constitue un plat plus savoureux que l'épinard. On peut l'incorporer toute l'année dans les potages avec quelques pommes de terre, des poireaux, des feuilles de chou, d'ortie et de plantain.

    Autrefois les fleurs entraient dans la coloration du beurre. Elles sont très mellifères.

    Cueillies au moment où elles commencent à s'épanouir, les fleurs ont un emploi dans les soins de beauté : une bonne poignée bouillie pendant une demi-heure dans un litre d'eau donne, passée à travers un linge fin, une eau de toilette avec laquelle on se lave le visage matin et soir pour faire disparaître les tâches de rousseur.

    On en fait aussi une excellente gelée appelée cramaillotte. Elle a toutefois plus l'aspect d'un miel liquide que d'une gelée.

    Cramaillotte :
    Pour 3 pots de 500 g :
    - 365 fleurs de pissenlit (ou 250g)
    - 1,5 l d’eau 
    - 2 oranges non traitées
    - 2 citrons non traités
    - 1 kg de sucre en poudre
     

    Cueillir les fleurs, les laver, retirer la partie verte et les faires sécher quelques heures.

    Les mettre dans un faitout avec l’eau, les oranges et les citrons coupés en tranches avec leur zeste. Faire cuire à feu doux 1h. Filtrer. Ajouter le sucre et cuire encore 45 minutes puis mettre en pots


    Précautions :
    La plante est sans dangers, mais les personnes souffrant de problèmes biliaires ne devraient consommer du pissenlit que sous la supervision d'un praticien de santé compétant.

     

    Sources :
    Les photos sont de moi sauf les 2 gifs.Le texte est une synthèse de plusieurs documents de divers livres et sites dont principalement :
    http://www.univers-nature.com/dossiers/pissenlit.html
       
    http://www.dietobio.com/aliments/fr/pissenlit.html


    « Alors la paix viendraSaint Valentin »

  • Commentaires

    14
    drifabettahar
    Mercredi 16 Novembre 2016 à 22:21
    Bonjour, svp j'arrive pas à télécharger la répartition géographique de pissenlit dans le monde et dans l'algerie, svp si vous pouviez les télécharger envoyer les moi??
      • Mercredi 16 Novembre 2016 à 22:30

        Bonsoir,

        quel document souhaitez vous télécharger ? Je n'ai pas la répartition géographique sur mon blog, où voulez vous que je la trouve ?

    13
    chrystele
    Lundi 11 Août 2014 à 12:40
    chrystele
    un grand merci pour la recette de la "cramaillotte" car moi les pissenlits je les adorent en vinaigrette j'en raffolle meme, et une fois une copine m'avais fais goutee la gelee de pissenlit mais pas faite comme tu le dis et du coup mon fils si gourmand n'avait pas trop aimee, du coup la je fais la tienne des que possible et je t'enverrais une photo de ma 1ere "cramaillotte" bisous merci merci a toi
    12
    mimi
    Lundi 11 Août 2014 à 12:40
    j'ai goute hier du 'miel de pissenlit' c pas mauvais je connaissais pas j'ai goute ds une crepe je pense en avoir mis un peu trop c'etait un peu fort mais j'ai quand meme bien aime.............
    11
    ducarme françoise
    Lundi 11 Août 2014 à 12:40
    ducarme françoise

    merci beaucoup pour pour les informations précieuses du pissanlit et de sont art culinaire bien a vous

     

     

     

    10
    Lundi 9 Mars 2009 à 23:42
    Thérèse
    Tu m'en donneras des nouvelles, je l'ai faite et j'ai trouvé très bonne, bonne cueillette dès que les fleurs seront là lollll bisous Christele
    9
    Dimanche 15 Février 2009 à 21:24
    Thérèse
    Merci Fethi, d'avoir laissé une trace de votre visite, bonne soirée
    8
    Dimanche 15 Février 2009 à 19:47
    Fethi
    Article très intéressant!Bonne soirée
    7
    Samedi 14 Février 2009 à 10:08
    Thérèse
    ok Canelle, je vais encore y réfléchir un peu, je te tiens au courant
    Gros bisous
    6
    Samedi 14 Février 2009 à 10:07
    Thérèse
    Mdrrrrr pas de tabous chez monsieur Pissenlit
    je fais chaque printemps ma cure de racines de pissenlit et feuilles de cassis, je ne trouve pas si amer que ça, tu peux y ajouter d'autres plantes, menthe, citronnelle, mélisse, thym, romarin..... et adoucir au miel, pour moi c'est sans sucre
    sinon, les gélules c'est aussi une solution...
    Bisous Verdinha 
    5
    Jeudi 12 Février 2009 à 11:32
    canelle56
    Ma petite Therese le fait de rentrer dans une communauté ne veut pas dire faire beaucoup d' articles, pour moi c'est plus mettre nos expériences ensemble car si tu vas sur la page communauté tu y verras ce que font les autres et c'est très varié , gros bisou
    4
    Jeudi 12 Février 2009 à 11:29
    Tu n'es pas honteuse de montrer les organes seuxuels de Monsieur Pissenlit ???? Blague à part, ton article est très intéressant, je ne peux qu'avoir du respect pour cette plante quand je la trouverai sur mon chemin et n'essayerai plus de l'arracher en "rouspétant". Comme tout produit bon pour le foie, la plante doit être amère, n'est-ce-pas ? Comme je n'apprécie pas l'amer, pour moi si je dois le prendre (je pense l'avoir déjà fait d'ailleurs dans le VIBTIL il me semble qu'il y a du pissenlit), ce sera en comprimés ou capsules. Merci pour ces bons et ces informations toujours utiles ! Bisous verts
    3
    Jeudi 12 Février 2009 à 11:24
    Thérèse
    Merci Canelle, oui c'est un gros boulot de recherche, de lecture, de synthèse, je passe beaucoup de temps à écrire ce genre d'articles, mais mon voeux c'est que ce soit le plus complet possible. C'est un travail passionnant pour lequel je voudrais pouvoir consacrer beaucoup plus de temps. C'est pourquoi j'hésite à entrer dans ta communauté, je ne saurai pas être régulière dans la parution de mes articles, comme tu peux le voir, depuis l'ouverture de mon blog, ce n'est que le 3ème. 
    Bisous à toi Canelle 
    2
    Jeudi 12 Février 2009 à 09:50
    canelle56
    je crois bien en avoir parle pour la communauté mais là c'est vraiment très complet et très intéressant bises Therese
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :