• Je poursuis ma visite de Gruissan (département de l'Aude), ce billet sera ma participation à la carte de France des paysages de notre amie Canelle56.

    C'est un endroit que j'ai découvert en septembre, il se trouvait entre le village et le port et je ne l'avais jamais vu auparavent.

     

    Au 18èmesiècle, les 5 hectares du Pech des Moulins étaient occupés par 5 moulins à grains et à huile, par des cultures de céréales et par des bergers qui y surveillaient des milliers de têtes de moutons. C’était donc un lieu très vivant et économiquement important pour Gruissan.

    En 2004, la municipalité a décidé de réhabiliter cet espace en recréant des ouvrages témoins des activités traditionnelles gruissanaises et en plantant diverses essences comme la vigne, l'olivier....

    Partons à la découverte de ce site. Je suis désolée pour la qualité des images, le temps était couvert et mon appareil photo faisait des tâches. Il est d'ailleurs encore en réparation, ça fait 3 semaines et toujours pas terminé...

    Voici une vue d'ensemble d'une partie du site. J'ai mis les panneaux explicatifs sous chaque ouvrage.

     

    Toutes les images sont cliquables si vous voulez les voir en un format plus grand Le-Pech-des-Moulins--7-.JPGLe-Pech-des-Moulins--6-.JPG 

    Une NoriaLe-Pech-des-Moulins--1-.JPGLe-Pech-des-Moulins--3-.JPGLe-Pech-des-Moulins--4-.JPGLe-Pech-des-Moulins--5-.JPGLe-Pech-des-Moulins--2-.JPG

     

    Un mur à abeilles

    Le Pech des Moulins (9)Le-Pech-des-Moulins--8-.JPG

      Une capitelle, entourée d'un muretLe-Pech-des-Moulins--11-.JPG

    Le-Pech-des-Moulins--13-.JPG

    Le-Pech-des-Moulins.jpg

    Le-Pech-des-Moulins--12-.JPG

    Le Pech des Moulins (10)

     

      Vignoble, pressoir et charrette de vigneron

    Le-Pech-des-Moulins--17-.JPGLe-Pech-des-Moulins--15-.JPGLe-Pech-des-Moulins--16-.JPGLe-Pech-des-Moulins--14-.JPG 

    Four à PainLe-Pech-des-Moulins--21-.JPG

     Le-Pech-des-Moulins--22-.JPGLe-Pech-des-Moulins--20-.JPG

    En plus d'être  un site patrimonial, Le Pech des Moulins offre un beau panorama de Gruissan. 

     Une table d'orientation avec sur les photos, vues sur la mer et le villageLe-Pech-des-Moulins--18-.JPGLe-Pech-des-Moulins--19-.JPGLe-Pech-des-Moulins--24-.JPG

    Vue sur le villageLe Pech des Moulins (23)P1210893.JPG

    Vue sur le nouveau GruissanP1210885.JPGLe Pech des Moulins (25)

     

    Ici se termine ma série de reportages sur Gruissan, je découvrirai peut-être encore d'autres choses à vous montrer l'année prochaine. J'espère que ce petit séjour à Gruissan vous aura plu et vous aura peut-être donné l'envie d'y aller ???

     

    we24.jpg

     

     


    32 commentaires
  • Ma participation à la carte de France de notre amie Canelle56

    (Vous remarquerez qu'il y a des tâches sur les photos. A mon retour de Gruissan j'ai donné mon appareil photos à réparer. Donc pas d'appareil pour le moment !).

     

    Aujourd'hui je vais vous reparler de Gruissan, au gré de mes promenades ! le hasard m'a conduite vers un lieu insolite. Un petit village de pêcheurs aux abords des étangs de l'Ayrolle avec ses petites cabanes ancestrales et ses paysages sauvages.

    Etangs de l'Ayrolle (8)

    Etangs de l'Ayrolle (9)

    Etangs de l'Ayrolle (1)

    Etangs de l'Ayrolle (2)

    Etangs de l'Ayrolle (3)

    Etangs de l'Ayrolle (4)

    Etangs de l'Ayrolle (5)

    Etangs de l'Ayrolle (6)

    Lorsque nous sommes arrivés, il y avait beaucoup de monde, je n'ai pas voulu faire de photos et je n'ai pas fait trop attention à ce qui se passait. En partant j'ai appris que c'était le tournage d'un court métrage avec Richard Bohringer, Laurent Biras et Béatrice Dalle. Grrrrr.... j'étais tout près et je ne les ai pas vu par inattention... J'ai quand même réussi à faire un zoom où l'on voit quelques personnes, le camion de tournage, la mustang qui servira dans le film et une des cabanes transformée en "bar-tabac" pour l'occasion.

    Etangs de l'Ayrolle (7)

    Etangs de l'Ayrolle (10)

    Etangs de l'Ayrolle (11)

    Après avoir quitté le petit village de pêcheurs nos pas nous ont menés sur un petit sentier en bordure de l'étang de l'Ayrolle. Au loin nous voyons le petit village

    Etangs de l'Ayrolle (13)

     Le petit chemin vers "les Goules"Etangs-de-l-Ayrolle.JPG

    Sur la gauche il y a l'eau, sur la droite une nature sauvage avec, un peu plus loin, le domaine de Pierre Richard dont je vous avais parlé ici.

    Etangs de l'Ayrolle (16)

     

    Zoom sur les vignesEtangs de l'Ayrolle (14)

     Zoom sur le domaineEtangs de l'Ayrolle (15)

    Une promenade bien agréable, le soleil, le silence, un petit vent doux et rafraichissant caressant la peau, que du bonheur.

     

     


    19 commentaires
  • Cet article sera ma participation à la carte de France des paysages de notre amie Canelle56.

    Nous poursuivons notre visite à Carcassonne dans l'Aude (11) par la visite de la Basilique Saint Nazaire.

     

    Dans la partie sud de la cité de Carcassonne, la basilique Saint-Nazaire devint cathédrale au XIe siècle, consacrée à l'époque par Urbain II. Bâtie selon le style roman, l'édifice venait remplacer une ancienne église moins importante, qui datait semble-t-il du VIe siècle, du temps des Wisigoths. La cathédrale est modifiée plus tardivement, à partir de 1269 : cette fois, le choeur et le transept, qui sont détruits, sont reconstruits dans un style gothique, tout en conservant la nef romane. C'est en 1801 que l'église perd son rang de cathédrale de Carcassonne, le siège s'installant dans l'église Saint-Michel dans la ville basse.

    L'intérieur de la basilique est particulièrement riche, avec notamment son somptueux orgue, installé dans un premier temps au XVIIe, ainsi que les magnifiques vitraux (la rosace, les vitraux du choeur), réputés pour être les plus beaux de tout le sud de la France.  

    Basilique Saint Nazaire (1)Basilique Saint Nazaire (21)Basilique Saint Nazaire (2)

    Basilique Saint Nazaire (3)

     Lorsque nous sommes entrés, il y avait un groupe russe qui chantait, Doros. Je n'ai pas osé me promener dans la basilique pour faire des photos, j'en ai juste fait quelques unes, très rapidement lorsqu'ils eurent terminé de chanter.Basilique Saint Nazaire (4) J'ai trouvé des vidéos sur youtube pour vous faire entendre leurs voix magnifique. Ni l'ordinateur, ni le cd ne retransmettent la réalité de ce qu'on pouvait entendre dans la basilique, grâce à son acoustique formidable. Je me suis assise et me suis laissée emporter par les voix.

    N'oubliez pas de couper le son du blog et profitez des vidéos pour admirer les vitraux

     

     *******************************************************************************************************************************

     

      Les vitraux du choeur (XIIIe - XIXe siècles). Au nombre de 5, ils éclairent le choeur, avec au centre la vie du Christ et de part et d'autre, deux vitraux datant du XVIe siècle. Les colonnes de l'abside et du choeur ont reçu 22 statues représentant les apôtres, le Christ, la Vierge et plusieurs saints.

    Basilique Saint Nazaire (5)

     Rosace sud - début du XIVe siècle : La rosace sud du transept gothique de la cathédrale de Carcassonne comporte les armes de l'évêque Pierre de Rochefort (1300-1321). Le quadrilobe central représente le Christ en majesté. À la circonférence, les quadrilobes figurent des animaux symbolisant les quatre évangélistes ainsi que les pères de l'Église. Pierre est reconnaissable aux clefs du ciel et de la terre, Paul à son glaive ; les deux saints sont également représentés dans la chapelle qui abrite le tombeau de Pierre de Rochefort.Basilique Saint Nazaire (6)

      Rosace nordBasilique Saint Nazaire

    L'arbre de vie : Sur ce vitrail, un tronc central s'élève et ses branches portent douze vertus. Vers le haut de l'arbre, le Christ apparaît cloué sur sa croix de couleur rouge fixée sur le tronc vert de l'arbre. Il devient par là même l'arbre de la croix, l'arbre de la Vie éternelle. La restauration du vitrail en 1853 a rajouté dans la partie inférieure gauche l'arche de Noé, dans la droite l'Arche d'alliance et fait naître l'arbre de Vie du Péché originel. A l'origine, l'arbre de Vie serait né non pas du paradis ni du péché originel, mais de la Crucifixion du Christ, les parties basses auraient représenté l'apôtre Jean et la Vierge Marie.

    Basilique Saint Nazaire (8)

    Basilique Saint Nazaire (7)

      La TrinitéBasilique Saint Nazaire (11)

      Sainte Anne (en terre cuite)Basilique Saint Nazaire (12)

    Basilique Saint Nazaire (14)

     Une Pieta en polychrome du XVIème siècleBasilique Saint Nazaire (15)

     Gisant propable de Géraud du Puy, évêque de Narbonne, mort vers 1420Basilique Saint Nazaire (13)

    Basilique Saint Nazaire (20)

    Notre Dame de la Santé en terre cuiteBasilique Saint Nazaire (9)

    Basilique Saint Nazaire (18)

    L'orgue : c'est l'un des plus anciens et des plus importants du Midi, datant du XVIIe siècle. Installé par Crespin Verniole, il a été rénové à de multiples reprises et il ne reste de l'orgue originel que la partie centrale du buffet.

    Basilique Saint Nazaire (16)

    Basilique Saint Nazaire (17)

    Pour voir plus de photos, et de meilleure qualité, plus détaillées, je vous propose d'aller sur le blog d'Anne d'Amico,  sur ses pages ici, ici et  (vitraux, gargouilles, détails extérieurs...)

     Mes autres reportages sur Carcassonne :

    - Carcassonne, une promenade à travers la cité

    - Carcassonne, le musée de l'inquisition 

     

    P1160394.JPG

     


    23 commentaires
  • Voici ma participation à la carte de France des Paysages de notre amie Canelle56

    Nous continuons notre visite de la cité de Carcassonne commencée ici. Aujourd'hui je vous parle d'un sujet beaucoup moins gai, mais qu'on ne peut ignorer car il a bien existé et existe encore dans certains endroits du monde. La torture et l'inquisition.

    L'inquisition a été une organisation toute-puissante qui a poursuivi durant quelques siècles tous les ennemis (ou supposés tels) du catholicisme : hérétiques, adorateurs du diable et même sorcières... Elle fut créée en 1233 par le pape Grégoire IX qui confèra les pleins pouvoirs aux frères prêcheurs pour enquêter et juger en matière d'hérésie.

     

    Entrons après un petit passage en caisse : 

    Musée de l'inquisition (1)

    Dès l'entrée nous avons un avant-goût de ce qui nous attend

    Musée de l'inquisition (3)

    Musée de l'inquisition (4)

    L'exposition se fait sur deux étages, les photos sont interdites à l'intérieur, mais on ne peut prendre les photos de ce qui est exposé à l'extérieur, c'est déjà un bel aperçu de l'imagination effroyable des inquisiteurs;  Ca fait froid dans le dos, il ne devait pas faire bon vivre à cette époque.

    Montons aux étages.

    Musée de l'inquisition (2)

    Le musée de l’Inquisition horrifie par son réalisme : salle de torture, cellule de prisonnier, instruments et outils aussi cruels qu’insensés révélant une réalité historique. L’exposition est complète : animations, gravures, reproductions, explications didactiques (en cinq langues), allant même jusqu'à mettre ces instruments de torture en situation réaliste avec des mannequins. Ce curieux musée possède une grande collection, qui regroupe pas moins de quarante instruments datant du XIIe siècle jusqu’à la Révolution française. Même si les remparts et recoins de la Cité vous font frissonner, un séjour en ces lieux est vivement déconseillé aux âmes sensibles et aux enfants.

    Voici quelques images de l'extérieur. Vous pouvez cliquer sur les images pour les agrandir

    Le violon du cou

    Musée de l'inquisition (5)

    Emprisonnement dans une cellule  Musée de l'inquisition (6)

      La fille du boueur : Des crampes rendaient la victime à moitié accroupie lentement folle.musee-de-l-inquisition-copie-1.JPGMusée de l'inquisition (7)

    La scie : Instrument réservé aux personnes soupçonnées d'homosexualité. Celles-ci étaient pendues par les pieds puis sciées par le milieu du haut vers le bas.Musée de l'inquisition (8)

    La cage : de la fin du 17è jusqu'à la fin du 18è siècle, les cages en fer se trouvent en abondance en Europe. Elles sont exposées aux carrefours des chemins ainsi qu'à l'extérieur des édifices publics (cathédrales). Les victimes nues ou presque, parfois torturées et mutilées étaient enfermées et suspendues. Elles étaient laissées sur place et périssaient de faim, de soif ou de leurs blessures.Musée de l'inquisition (9)

    Les potences : la sentence de mort et la torture occupaient une place très importante dans la société européenne. L'air empestait autour des potences.Musée de l'inquisition (10)

    La guillotine : Elle doit son nom au Docteur Guillotin qui proposa de remplacer par la décapitation les supplices en usage. La guillotine fonctionna pour la première fois en France le 25 avril 1792Musée de l'inquisition (12)La hâche : Etre décapité étaient une mort facile qui fut réservée exclusivement pour les nobles et les gens d'importance condamnés.Musée de l'inquisition (11)

    Le tonneau d'ivrogne était un moyen employé pour obliger les ivrognes à décuver leur vin.musee-de-l-inquisition--18-.JPG

    Musée de l'inquisition (13)

    La roue : la victime dénudée étaient attachée sur le dos à l'aide d'anneaux en fer avec les membres écartés. Des morceaux de bois étaient placés sous les poignets, les coudes, les hanches, les genoux et les chevilles. Entre chaque cale le bourreau donnait de violents coups pour fracturer chaque os  et articulation, sans jamais porter le coup fatal. La roue était ensuite suspendue en l'air et la victime était laissée comme proie pour les corbeaux.

    Musée de l'inquisition (19)

    Musée de l'inquisition (14)

    L'échelle d'élongation : Cet instrument de torture servait dans un premier temps à l'étirement des membres et à la dislocation des épaules. Puis à l'aide d'un chandelier à 7 branches, le bourreau brûlait les côtes de la victime. Si malgré toutes ses souffrances celle-ci n'avouait pas sa faute, le tribunal était obligé de reconnaître son innocence.

    Musée de l'inquisition (15)Le bûcher était la peine la plus sévère encourue par un accusé. La mort par le feu était le châtiment réservé aux dignitaires des cultes interdits et aux hérétiques récidivistes ou non-pénitents. Le tribunal de l'inquisition, émanation de l'Eglise, ne pouvvait condamner à une peine capitale. La justice ecclésiastique livrait au bras séculier (justice civile) le coupable afin qu'il le condamne et qu'il exécute la sentence. Entre 1308 et 1324 à Toulouse, 42 hérétiques furent brûlés vifs sous l'autorité du dominicain Bernard Guy. Le bûcher sur roue présenté dans cette scène était considéré comme une aggravation de la peine.Musée de l'inquisition (16)

    Les explications qui accompagnent mes photos sont celles des affiches du musée. 

    La visite se termine ici, il existait encore beaucoup d'autres moyens de tortures tels que l'empalement, le bouc des sorcières, la poire d'angoisse et tant d'autres encore, tous plus cruels les uns que les autres. 

    Ce Musée démontre où mènent l’intolérance et le fanatisme religieux… pour ne pas oublier que les tortures existent toujours dans le monde.

    On peut constater que de tout temps l'humain a toujours été d'une cruauté sans limites.

    Si vous voulez en apprendre plus, vous pouvez visiter ce site à cette page.  

    C'est un sujet un peu dur, mais il fait partie de la cité de Carcassonne.

     

    Je vous souhaite un bon week-end et un bon premier mai, je serai absente durant une semaine et ne pourrais passer sur vos blogs. Je vais chercher un peu de soleil  

    Je vous dis à bientôt et je vous dépose avec un peu d'avance un bouquet de muguet pour vous porter bonheur. muguet21.jpg

      

     


    16 commentaires
  • Cet article sera ma participation à la carte de France des paysages de notre amie Canelle56

    Aujourd'hui je vous emmène à Carcassonne dans le département de l'Aude (11). Ces photos datent de septembre 2011. Nous commencerons par une balade à travers la cité dans ce premier article. Puis nous visiterons le château, la basilique et un musée dans d'autres articles à venir. Carcassonne (2)

    Un peu d'histoire :

    La cité de Carcassonne occupe un éperon rocheux qui domine le cours du fleuve de l'Aude. Elle est surtout connue comme une ville médiévale fortifiée, mais la présence humaine sur le site remonte au VIème siècle avant JC, avec l'implantation d'un habitat gaulois puis un centre urbain actif  à l'époque romaine.

    Au IIIème siècle après JC elle se dote d'un rempart dont les vestiges sont encore visibles dans l'enceinte intérieure.

    C'est sur la face ouest de cette fortification primitive que les vicomtes Trencavel construisent le château au XIIème siècle, agrandi et enveloppé d'une enceinte un siècle plus tard.

      Suite aux croisades contre les Albigeois, le vicomté est rattaché au royaume de France en 1226. Au XIIIème siècle, la construction de l’enceinte extérieure et la modernisation du rempart intérieur font de la cité une forteresse imprenable.
              Dès lors et jusqu’à la signature, en 1659, du traité des Pyrénées, Carcassonne devient la pièce principale du dispositif de défense de la frontière entre la France et l’Aragon.
              Sauvée de la démolition grâce à la mobilisation d’érudits carcassonnais et de Prosper Mérimée, la Cité fera l’objet, entre 1844 et 1911, d’un immense chantier de restauration confié par l’Etat français à l’architecte Eugène Viollet-le-Duc.
              Propriété du Ministère de la Culture, le château et les remparts de la Cité sont ouverts au public par le Centre des monuments nationaux. (http://www.payscathare.org/1-6511-Histoire.php#ici)

     

    La cité de Carcassonne, inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco, impressionne par ses 2 enceintes fortifiées et ses 52 tours et barbacanes. En 2600 ans d'histoire, Gaulois, Romains, Wisigoths, Sarrasins et Francs y ont laissé leur empreinte.

    Nous voici à l'entrée de la cité, sur le parking avec une vue magnifique sur la ville de Carcassonne.Carcassonne (1)

    La porte narbonnaise est l'entrée principale. Elle se nomme ainsi parce qu'elle s'ouvre vers l'est, du côté de la ville de Narbonne. Elle est formée par deux tours jumelles, encadrant le passage de la porte, et réunies par un corps de bâtiments qui surmonte celui-ci. C'est l'un des plus beaux édifice  qui ont été conservé du Moyen-âge.

    Vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir. Vous pourrez également suivre la balade sur la carte ci-dessous en l'agrandissant. Il s'agit d'une photo que j'ai prise de mon livret "Carcassonne et les châteaux cathares"

    P1130525.JPG

    Tour La Peyre et tour de la VadeCarcassonne (3)

    Le Pont-Vieux et la Porte narbonnaisecarcassonne.jpg

     

    Sur la photo ci-dessous, la Statue de Dame Carcas en avant du Pont levis et la tour Du Tréseau à droite de la photo.

    La légende de Dame Carcas : Dame Carcas était la femme du roi sarrasin Balaack. Charlemagne ayant mis le siège devant Carcassonne, résolut de prendre la ville par la famine.  Le siège dura 5 ans. Voyant qu'il ne restait plus de réserves, Dame Carcas eut alors l'idée de précipiter du haut d'une tour le dernier porc qu'elle gava d'une énorme quantité de grains de façon à faire croire que la nourriture était encore abondante et que la cité n'était pas prête à céder à l'envahisseur qui commençait à périr du manque de nourriture.  Eventré par la chute, le porc répandit une telle quantité de blé au sol que Charlemagne découragé, leva le siège. Voyant l'armée de Charlemagne quitter la plaine devant la Cité. Dame Carcas, remplie de joie par la victoire de son stratagème décida de faire sonner toutes les cloches de la ville. Un des hommes de Charlemagne s'écria alors : "Carcas sonne !", créant ainsi le nom de la ville.

    Le buste installé aux Tours Narbonnaises est une reproduction en pierre de la statue originale, conservée au musée lapidaire de la Cité. Carcassonne-JPG.jpg

    Les lices : espace entre les deux enceintes. Une promenade dans les lices est l'indispensable complément de la visite de l'enceinte intérieure. En effet, c'est surtout en circulant au bas des tours qu'on peut se rendre compte de la manière dont a procédé chaque époque pour tirer parti de ce qu'avait fait sa devancière, tout en utilisant des méthodes défensives nouvelles.

    Carcassonne (5)

     

    La porte Narbonnaise, située à l'est, est construite vers 1280 durant le règne de PhilippeIII le Hardi.

    Elle doit son nom à son orientation vers Narbonne. Viollet-le-Duc reconstitue le crénelage et le toit en ardoise de 1859 à 1860 et la dote d'un pseudo pont-levis qui n'existait pas à l'origine. Elle est constituée de deux tours imposantes renforcées par des becs destinés à détourner les tirs des assaillants. La porte est protégée par une double herse renforcée par un assommoir et des meurtrières. Ces tours possèdent trois étages sur rez-de-chaussée. Le rez-de-chaussée et le premier étage sont voûtés alors que les étages supérieurs comportent un simple plancher. La tour nord possède un caveau pour les provisions tandis que la tour sud contient une citerne d'eau, permettant de faire face aux besoins des défenseurs de la tour pendant un siège de longue durée.

    Au-dessus de cet ensemble se trouve une niche à couronnement tréflé dans laquelle est placée une statue de la Vierge.Carcassonne (4)

    Carcassonne (7)

    Carcassonne (6)

    Après cette petite présentation, nous passons la porte Narbonnaise et là, c'est un autre monde qui nous attend. Une petite ville faite de ruelles piétonnes, de jardins, puits, placettes pavées, échoppes, terrasses, où l'on peut imaginer des chevaliers, des troubadours parcourant les ruelles.Carcassonne (8)

    Carcassonne (9)

    Carcassonne (10)

    Le musée de l'inquisition auquel j'accorderai un article complet.Carcassonne (11)

    Carcassonne (12)

    Le Grand Puits : Le puits des Fées est le plus ancien des 22 grands Puits de la cité. Ses colonnes, et ferroneries sont de style Renaissance. Sa profondeur est de près de 40m, son diamètre de 3,70m. Il a donné naissance à de nombreuses légendes et histoires fabuleuses. Pour découvrir quelques légendes c'est ici.

    Par mesure de sécurité l'ouverture est recouverte d'une grille vitrée.

    Carcassonne (13)

     

    La maison hantée...... j'y suis entrée..!!!! il ne faut pas être claustrophobe car on est dans le noir complet. Heureusement que je n'étais pas seule, car je perds tous mes repères dans le noir, j'aurais été incapable d'avancer... Je savais que je ne risquais rien avec les fantômes, mais j'étais contente quand la visite s'est terminée halloween-fantome-47

    Carcassonne (14)

    Carcassonne (15)

    Entrée du Château. Nous y entrerons une autre fois.Carcassonne (16)

    Carcassonne (17)

    Buste de Jean-Pierre Cros-Mayrevieille, sauveur de la cité au XIXè siècle

    Carcassonne (18) 

    Carcassonne (19)

    Admirez les murs, les façades avec les encadrements de portes et fenêtres ouvragés et les bords des toits sur les photos qui vont suivreCarcassonne (20)

    Carcassonne (21)

    Joli bâtiment sur la place St Nazaire et basilique St Nazaire.Carcassonne (22)

    Carcassonne (23)

    Carcassonne (24)

    Toujours sur la place St NazaireCarcassonne (25)

    Carcassonne (26)

    Petit Puits, le Puits du Plô

    Carcassonne (27)

    Pinocchio se serait-il perdu ? ou serait-il devenu chevalier de la cité ????

    Carcassonne (28)

    La Place Marceau, du nom d'un ancien maire de Carcassonne est  une jolie place ombragée, très touristique avec ses nombreuses terrasses de café. En son centre se trouve une fontaine que domine le buste de Marceau. Carcassonne--31-.JPG

    Carcassonne--32-.JPG

    Juste à côté de cette place se trouve un petit jardin avec une croix. On peut encore voir une fenêtre et des vestiges de murs derrière cette croix. C'est là que se trouvait l'église Saint-Sernin, démolie à la Révolution. Autrefois la cité comptait 4 églises, il ne reste que la Basilique St Nazaire

    Carcassonne--34-.JPG

    Carcassonne--33-.JPG

     

    Voilà pour aujourd'hui, je vous dis à bientôt pour la suite de la visite, si vous le voulez-bien.

    Je vais essayer de rattraper le retard que j'ai pris pendant ma grippe, et vous rendre visite petit à petit. Je souhaiterais remercier les ami(e)s qui sont venus me laisser un mot de soutien dans les commentaires mais aussi par mail, pendant mes absences prolongées et répétitives de ces dernières semaines. J'ai été très heureuses de les lire. Il y a des moments dans la vie où l'on a beau chercher à avancer, il y toujours comme une force qui vous retire en arrière....

    Je voudrais aussi transmettre mon soutien à mes amis et amies qui ne sont pas non plus en très bonne forme en ce moment. Ils, elles se reconnaîtrons sans doute. Gros bisous guérisseurs à vous. Je pense fort à vous.


    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique