• Cet article sera ma participation à la première carte de France de 2012 gérée par notre amie Canelle56

     

    Je vais continuer à vous faire visiter Gruissan et ses alentours, avec aujourd'hui, les célèbres chalets sur pilotis et la plage des chalets. Les photos n'ont pas toutes été prises le même jour, ce qui explique les différences de ciel.

    Vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir.

     

    1 300 chalets font face à la mer. Un paysage unique qui a servi de décor au film "37°2 le matin" de Jean-Jacques Beineix. 

    Les chalets ont été les premiers témoins des bains de mer dès la fin du XIXe siècle. La longue et belle plage de Gruissan était fort appréciée des gruissanais et des habitants des alentours. Les premiers chalets furent construits en bois dans les années 1850. Une forte tempête en 1899 a tout emporté sur son passage. Les chalets actuels ont été construits au début du XXe siècle sur pilotis pour échapper aux inondations. A l'origine sans eau ni électricité, ils se sont pour la grande majorité modernisés au fil du temps, mais offrent toujours cette ambiance conviviale de vacances à la plage. Une digue longeant la plage et rendant possible une promenade sur le front de mer les abrite des hautes eaux d’hiver.

    Les chalets, d'abord uniquement habités de manière saisonnière l'été, regroupent autour de 80 familles vivant à l'année aujourd'hui. Actuellement beaucoup de propriétaires construisent sous les maisons à la place des pilotis.

     

    Petit chalet en hommage au film 37°2 le matin, à l'entrée du village des chaletsLes maisons sur pilotis de Gruissan (6)Les maisons sur pilotis de Gruissan (5)Les maisons sur pilotis de Gruissan (10)Les maisons sur pilotis de Gruissan (11)Les maisons sur pilotis de Gruissan (9)Les maisons sur pilotis de Gruissan (7)Les maisons sur pilotis de Gruissan (15)

     

    Petit restaurant très agréable en bordure de plage. C'est que du bonheur de déguster d'excellents poissons et fruits de mer en admirant la mer.

    Petit coucou à mon amie Danielle... "tu te souviens du Grand Soleil ???"Les maisons sur pilotis de Gruissan (1)

    Vue sur la mer depuis le restaurantLes maisons sur pilotis de Gruissan (8)Les maisons sur pilotis de Gruissan (2)

    Quelques pas sur le sable pour admirer de plus près la mer un peu agitée ce jour làLes maisons sur pilotis de Gruissan (3)Les maisons sur pilotis de Gruissan (4)

    Les chalets vus depuis la merLes maisons sur pilotis de Gruissan (12)Les maisons sur pilotis de Gruissan (14)Les maisons sur pilotis de Gruissan (13)

    Au bout de la plage à l'est et sur la pointe, on peut déguster des fruits de mer et des huitres particulièrement délicieuses à la bonne saison. Faisons une petite visite et une pause-dégustation à « La Perle Gruissanaise ». C'est à faire au moins une fois quand on est de passage à Gruissan.

    la perle gruissannaiseLa perle gruissanaise (5)La perle gruissanaise (8)La perle gruissanaise (7)La perle gruissanaise (4)

     Il est possible de déguster sur place des huîtres au goût du large, car elles sont élevées en pleine mer.

    Deux douzaines d’huîtres, des crevettes, un bon petit blanc des Corbières, un citron, et on peut s’installer à une des petites tables en bois, à l'abri de parasols exotiques. C’est un régal face à la mer, au bord de la jetée.La perle gruissanaise (2)P1030444

    Chalutier de la "Perle gruissannaise"

    La perle gruissanaise (1)La perle gruissanaise (9)

    Surfeur profitant de la mer agitée, et vue sur les chalets à pilotis

    La perle gruissanaise (3)La perle gruissanaise (10)

    Promenade sur la jetéeLa perle gruissanaise (6)

    Pour terminer, un délicieux "plat à emporter" préparé à "la Perle Gruissanaise", tout prêt à être dégusté avec un bon vin blanc du domaine de l'île Saint-Martin.... miammmm

    Je le partage avec vous, servez-vous La perle gruissanaise (11)


    29 commentaires
  • Aujourd'hui je vous emmène chez Pierre Richard, plus précisément dans ses vignobles et son domaine viticole à Gruissan, pas très loin des Salins.

    En 1986, Pierre Richard découvre le Domaine de l'Evêque, 50 hectares de garrigue et de vignes blotties entre les rochers et les étangs, au bord de la Mer Méditerranée. Immédiatement séduit par le site authentique et sauvage, il décide alors d'y entreprendre la restauration du vignoble de 20 hectares pour y créer son vin, le Château Bel Evêque AOC Corbières Rouge, puis Rosé.

     

    Vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir

     

     

     Encouragé par cette première expérience très réussie - le premier millésime 1989 remporte de nombreux éloges et distinctions dans les concours - il s'aventure vers la conception originale d'un vin de pays qu'il nomme avec humour Mon Rouge Pif, accompagné de son corollaire Mon Rosé Pif.

    Il s'enhardit et cède à l'envie d'élever sa gamme avec une cuvée prestige qui sera élaborée en petites quantités, avec les cépages les plus concentrés et les plus aromatiques de l'année. Il s'agit de la Cuvée Cardinal du Château Bel Evêque.

    Pierre Richard élabore lui-même chaque année l'assemblage du Château Bel Evêque selon la formule qui fait sa notoriété, puis oriente ses choix d'assemblage selon les propriétés particulières du millésime.

    Tous ces vins ont en commun une robe rubis profond, un caractère affirmé, une belle structure tanique bien affinée, un nez complexe et riche, des notes de fruits rouges et d'épices. Les millésimes, l'élevage en bois, les volumes et les choix d'assemblage en produisent toutes les nuances.

     

     

    « Il y a vingt-cinq ans, j'ai épousé madame la vigne pour le meilleur et pour le pire. Elle m'a donné le meilleur et nous avons eu de beaux et bons enfants, chaleureux, expressifs et raffinés… » Ce sont les premières phrases que l'on peut lire sur les bouteilles de la nouvelle cuvée « Noces d'Argent » que Pierre Richard a lancée en2011. Une série « collector » vendue à seulement 2 586 bouteilles toutes sérigraphiées. « Noces d'Argent » est un assemblage de syrah et de mourvèdre.

    Les bouteilles seront commercialisées dans des coffrets bois seulement au caveau du domaine Bel Évêque à Gruissan et à la boutique La Cave de Pierre à Narbonne-Plage. Très belle reconnaissance pour l'artiste, connu bien sûr pour ses rôles au cinéma mais aussi en tant que scénariste, producteur et chanteur. Pierre Richard se fait maintenant un nom dans le domaine du vin.

    Encore une petite promenade dans le vignoble avant de quitter le domaine, rien que pour le plaisir des yeux devant ces paysages d'étangs et de garrigue.

    Ici nous sommes à la boutique "La Cave de Pierre" à Narbonne-Plage

     


    31 commentaires
  • Suite de ma page précédente : le cimetière des marins

     

    J'ai repris une partie du texte explicatif d'un feuillet disponible aux visiteurs à l'entrée de la chapelle.

     

    Protégeant le village de Gruissan depuis des siècles, Notre Dame des Auzils est le trésor du massif de la Clape. A l'abri des pins, bercée par le chant des cigales, la chapelle nous ouvre ses portes et nous fait pénétrer dans un monde peuplé de souvenirs et de mystères.

     

    L’histoire de la chapelle

     

    En 1080, les moines de l’abbaye de Cassan, dans l’Hérault, installent un prieuré dans la Clape. Il accueille les voyageurs qui parcourent à pied l’inhospitalier massif.
    Le nom « Dame dals Auzils » est donné en 1223, lorsque les religieux de Boulboune, dans l’Ariège, achètent le prieuré.
    L’actuelle chapelle semble avoir été construite en 1635. Depuis, elle a été maintes fois rénovée et consolidée.

    L’édifice n’étant pas à l’abri de l’humidité, un bon nombre de ses décorations dont certains ex-voto d’une très grande valeur sont peu à peu envahis par la moisissure.
    Souhaitant être aidés pour la rénovation de ces peintures, les habitants du village réussissent à faire classer la Chapelle Monument Historique en 1964. En 1973 le site des Auzils est classé au titre des sites historiques. 

     

    Les ennuis de la chapelle

      En 1967 la porte de la chapelle est fracturée et une cinquantaine d’ex-voto est volée. Ce drame bouleverse les Gruissanais qui cherchent à retrouver dans leurs greniers de vieilles photographies des ex-voto dérobés afin de les remplacer ou tout au moins de les reproduire.

    C’est grâce à l’intuition de l’abbé Pauc, Conservateur des Antiquités du Département, qui avait pris le soin de photographier les ex-voto avant le vol, que les reproductions vont pouvoir être faites.

    La rénovation commencera un an plus tard sous la responsabilité de Robert Cassin, Restaurateur aux Monuments Historiques.
    Robert Cassin à l’aide des photographies, reproduit les ex-voto directement sur les murs de la chapelle en utilisant la technique du « trompe-l’œil ». L’illusion est parfaite et les ex-voto inviolables. En 1981, tous les Gruissanais sont au rendez-vous pour inaugurer la chapelle rénovée. Notre Dame des Auzils a retrouvé sa beauté d’antan, avec 73 ex-voto et 27 maquettes à nouveau en place.

    En 1978, un autre problème survient. La chapelle est envahie par les termites. Ces derniers s’attaquent au bois de la chapelle, détruisant toute la tribune qui entoure les bancs des fidèles ainsi que les sièges réservés aux autorités et aux familles. Cette fois encore, des volontaires gruissanais se mettent au travail pour éviter une entière destruction de Notre Dame.

     

    L'origine des ex-voto de la chapelle:

      Un ex-voto est un tableau, plaque ou objet déposé dans un sanctuaire à la mémoire d’un vœu. Le terme latin « ex-voto suscepto » signifie « suivant le vœu fait ».

    Les activités liées à la mer, lieu de tous les périls, ont souvent suscité ce genre de réalisations. Les marins en perdition implorent l’aide du ciel. 

     Avant d'appareiller pour un voyage lointain, les marins et leur famille venaient se confier à la Vierge, à qui ils offraient au retour de leurs périples des ex-voto sous forme de tableaux et maquettes, bannières, statuettes de la Vierge et modèles de proues de navires, la remerciant ainsi pour les avoir épargnés lors de "fortunes de mers". Le plus ancien date de 1816.

     

    L'ex-voto répond à des normes précises : Le centre du tableau décrit l'événement motivant (naufrage). C'est la partie concernant la terre et les mortels. Dans la partie supérieure s'ouvre une "fenêtre" donnant accès au monde divin avec apparition de la divinité implorée. Il s'agit d'une trouée dans les nuages, d'une brume lumineuse d'où sortent des rayons. Dans le bas du tableau sur une cartouche à fond noir est relaté en blanc, l'histoire du tableau. Lors de la séparation de l'Eglise et de l'Etat en 1906, l'inventaire des biens de l'église précisait que la chapelle des Auzils possédait 73 tableaux et 23 maquettes de navires faisant office d'ex-voto. En 1964, il ne restait plus que 68 ex-voto dans la chapelle. Trois ans plus tard, dans la nuit du 21 au 22 juillet 1967, une cinquantaine fut volée.

     

    Au fil des siècles, la population des pêcheurs gruissanais à la foi bien ancrée vouera à ce lieu un véritable culte. Visible de loin en mer, c’est vers lui qu’ils tourneront leur regard quand ils devront affronter les périls et le redoutable appétit du Golfe du Lion. 

     

    Trois pèlerinages par an ont lieu à la chapelle

    Le lundi de Pâques, les pèlerins vont rendre hommage aux marins disparus en mer. Cette tradition a commencé en 1797 après la disparition de 32 marins, le 28 février de cette même année, à cause d’une tempête.

    Le lundi de Pentecôte, le pèlerinage se fait pour remercier Notre Dame d’avoir mis fin à l’épidémie de choléra qui fit 94 victimes en 1835.
    Enfin, le troisième pèlerinage a lieu le dernier dimanche d’août en prévision des vendanges.

     

    Autrefois, les pèlerins venaient de Gruissan et des alentours et montaient à pied jusqu’à la chapelle, rendant hommage sur le chemin à chaque cénotaphe.
    Les « vrais » pèlerins montaient pieds nus, en égrenant un chapelet afin de parfaire leurs prières.
    Les pêcheurs respectés avaient l’honneur de porter la croix du Christ en bois, remplie de sable et de pierres. Les pèlerinages étaient toujours très gais.

    Aujourd’hui, seuls les pèlerinages de Pâques et de Pentecôte sont encore suivis par les fidèles. Des messes y sont célébrées occasionnellement, notamment le 15 août.

     

    Les siècles ont passé et grâce aux Gruissanais, la Chapelle et le Cimetière Marin ont gardé leur charme d’antan. Les visiteurs sont toujours éblouis par l’ambiance chaleureuse et agréable qui se dégage de ce lieu. Notre Dame des Auzils continuera longtemps à veiller sur le village et les pêcheurs, parole de Gruissanais !

    En été, la chapelle reste ouverte aux visiteurs.

     

    Après ces quelques explications, entrons... (les explications qui suivent viennent du livre "Notre dame des Auzils" de Jean-Pauc

    Cliquer sur les photos pour les agrandir

     

    A l'avant du choeur on voit un autel en bois peint par une artiste toulousaine, Geneviève Duboul en 1971. Sur l'avant on voit des bateaux, oiseaux, marins, venir se mettre sous la protection de la Bonne Mère qui veille sur Gruissan.. Elle est assise sur un rocher de la Clape et tient dans ses bras l'Enfant Jésus. Sur un côté on trouve une peinture représentant saint Pierre, patron des pêcheurs et sur l'autre Saint Joseph, patron des charpentiers de la marine. Je ne les ai pas en photo. 

    La statue de Notre-Dame des Auzils est installée dans une niche qui fait partie du rétable de l'autel. Classée monument historique, elle date vraisemblablement du XVe siècle. Elle a subi des dégradations particulièrement à l'époque de la Révolution.

     Elle a été restaurée non pas avec de la pierre, mais avec du bois, ainsi la main droite qui tient une ancre de marine et le  bras gauche portant l'Enfant Jésus sont en bois.

     

    Maquette de 85 cm de la SNS 119, (Société nationale de sauveteurs en mer) Notre Dame des Auzils II, don de l'équipage du sauvetage en mer de Gruissan, le 11 juillet 1984, vous pouvez le voir accosté au port ici

     

    Les tableaux volés ont été repeints en trompe-l'oeil, directement sur les murs

       

     Cette figure de proue représente le Messie commandant au vent et à la tempête

     

    Les deux images qui suivent sont des trompe-l'oeil relatant l'histoire de la restauration de la chapelle et de la confection des nouveaux es-voto

    On s'y tromperait, mais c'est bien un tableau peint sur le mur et non pas un cadre

    Bateau en perles de verre, en partie peintes en vert et en rouge

     

    Dans le fond de la chapelle les réductions de bateaux votifs sont présentés dans des vitrines sur l'estrade constuite pour masquer divers accidents naturels du sol primitif.

     

     

    Notre-Dame des Auzils vue depuis la mer (photo zoomée)

     

    Et pour finir, ce splendide goéland, pris depuis le bateau lors d'une balade en mer

    Oiseau de paix,

    oiseau de soutien aux marins

    oiseau du souvenir

    Continue de voler... 


    16 commentaires
  •  Je vous propose aujourd'hui de visiter un lieu magnifique, le cimetière des marins de Gruissan.

     

    A quelques kilomètres de Gruissan, dans le massif de la Clape, au milieu d'une végétation désordonnée de pins, de cyprès, d’oliviers et de plantes de garrigue, se trouve une petite chapelle faisant face à la mer et à laquelle on accède par un chemin appelé "allée des naufragés" car il est jalonné de stèles de marins. 27 cénothapes sont dressés à la mémoire des marins gruissanais disparus dans les mers du monde.

     

    Je vous emmènerai visiter cette chapelle dans les jours à venir, mais auparavent parcourons ensemble ce chemin de recueillement.

     

    Vous pouvez agrandir les photos en cliquant dessus. Ca vous permettra de mieux distinguer la petite chapelle sur la photo ci-dessous.

     

    A l’entrée formée par deux gros taquets de bateau, un monument s’élève, en forme de voiles latines, à la mémoire de 32 marins pêcheurs de Gruissan péris en mer le 10 ventôse de l'an V, soit le 28 février 1797, lors d'une terrible tempête qui frappa la côte. . Leurs noms sont inscrits sur la plaque.

    Aucun marin n'est enterré dans ces tombes, il s'agit de cénotaphes élevés par les familles endeuillées, en souvenir d'un fils, un mari, un frère... disparu dans un naufrage, On peut y lire la date de leur mort, leurs noms, parfois celui de leurs bateaux, le lieu et les circonstances du drame. Souvent plusieurs noms figurent sur la même plaque lorsque plusieurs membres d'une même famille ont disparu ensemble. Certaines inscriptions sont très émouvantes.

    Je n'ai mis que quelques photos parmi les 27 cénotaphes que l'on croise sur ce chemin.

     

    Faisons une pause en contrebas du cimetière marin où se niche « le jardin de l’ermite ». C’est là que vivaient des hommes, qui depuis la nuit des temps, avaient fait vœu de consacrer leur vie à accueillir et guider le passant dans cette nature hostile mais si belle.
    Le dernier ermite, Michel Cyprien, s’est éteint en 1888. Le Conservatoire du littoral a reconstitué son jardin à la française et la cabane.

     

     

     

    C'est tout ce qu'on peut trouver dans cette cabane de l'ermite

    Jardin à la française

    Reprenons notre montée vers la Chapelle

    De ce qui pourrait être un angoissant chemin de croix émane au contraire, malgré les nombreux visiteurs, un sentiment de sérénité peut-être dû à la beauté du site. Au bout, s’élève Notre-Dame des Auzils qui domine, côté levant, la Méditerranée.

     

    Sous la chapelle, une grotte, dont l'entrée est interdite au public, sert de site d'hibernation ou de transit à différentes espèces de chauves-souris.

      Nous voici arrivés à la Chapelle.

    De là-haut, une vue imprenable sur la mer et sur Gruissan. Pour avoir une petite idée du chemin parcouru, j'ai indiqué sur la photo ci-dessous, l'endroit où nous avons laissé la voiture, et sur la photo suivante, un zoom de cette même photo

    Vue magnifique sur la mer

     

    La visite est terminée pour aujourd'hui, à bientôt pour la visite de la chapelle 

      


    28 commentaires
  •  

    Continuons la visite du salin de Gruissan commencée ici et découvrons sa faune et sa flore.

     

    Sa faune : à vrai dire on n'a pas vu grand chose ce jour-là, et en raison du froid et du vent, la guide marchait tellement vite qu'on n'a pas pris le temps de s'arrêter pour découvrir les animaux. On a eu du mal à suivre ses explications tant elle était pressée de finir sa journée. (il n'était pourtant que 16h).

    La faune est essentiellement composée de nombreuses espèces d'oiseaux sédentaires ou migrateurs, dont certains nichent à même le sol : Avocette élégante, Sterne Pierregarin, Sterne naine, Sterne Caugek,  Flamant rose, Aigrette garzette, Héron cendré, Echasse blanche, Tadorne de Belon, Canard col vert,  Mouette mélanocéphale, Chevalier Gambette...

    Je n'ai que des avocettes élégantes à vous montrer.

     

    La flore :

    Le salin constitue un milieu d'une grande richesse, une sorte de conservatoire naturel abritant une population végétale exceptionnelle. Ces végétaux que l'on nomme les plantes halophiles possédent cette faculté particulière de pouvoir vivre au contact du sel.  Les milieux de ce type sont en voie de régression sur toutes les zones méditerranéennes, rendant cette protection rencontrée dans le salin, vitale pour la survie de certaines espèces.

    Voici quelques plantes :

    La Limoniastre (Limoniastrum monopetalum), parfois appelée "lavande de mer" : Cette espèce des sols sableux humides et salés ne pousse plus aujourd'hui en France, à l'état spontané, que sur le littoral audois. C'est une espèce protégée au plan national.

     

    Les Saladelles :  Les plantes connues sous ce nom populaire issu de l'occitan évoquant le sel, font partie des Limoniums, plantes halophiles possédant une quarantaine d'espèces dans notre flore. La plus connue dans la région de l'Aude est sans conteste la "Saladelle de Narbonne", (Limonium narbonense).

    Le Limonium diffus (Limonium diffusum) encore plus rare ne se rencontre sur le nord du bassin méditerranéen qu'en bordure des rivages de l'étang de l'Ayrolle donc, du salin de Saint Martin.

     

    Les salicornes (Salicornia sp) : Il existe plusieurs espèces de salicornes. Elles sont les plantes les plus abondantes sur les terrains salés. Ce sont elles qui admettent la plus forte concentration de sel dans le sol, ainsi qu'une submersion épisodique, particulièrement celles qui colonisent les vases salées en bord d'étang ou dans le salin. Elles sont un exemple d'adaptation à un milieu extrême, celui du sel, réputé abiotique. Le fait qu'on les nomme parfois "eau de mer en bâton" révèle leur forte teneur en sodium. L'excès est stocké dans les parties dont la plante se débarasse par auto amputation. La salinité interne de ces plantes leur est nécessaire pour maintenir un équilibre avec leur milieu de vie.

     

     

    La soude ligneuse (Suaeda vera) : Commune sur les rivages du Languedoc-Roussilon, la soude ligneuse est presque absente du littoral de la provence. C'est une arbrisseau vivace dont la taille varie de 30 cm à un 1 mètre, qui forme des buissons compacts et ligneux, sur les terrains salés. Elle entre pour une part importante dans l'alimentation de certains pays. Elle a fait partie dans le passé de ce que l'on nommait les "Salicors" dont la combustion donnait le carbonae de sodium utilisé pour la fabrication du savon et du verre.

     

     

    Après la visite du salin,  entrons dans la boutique :

     

    On ytrouve tout un assortiment de sel aromatisés, ainsi que la célèbre fleur de sel et différents produits gastronomiques du Languedoc. Admirez au passage la magnifique fresque qui recouvre les murs.

    null

     

     

    Entrons dans l'écomusée, au fond du magasin, pour y découvrir une exposition de vieux outils utilisés par les sauniers ainsi qu'un ensemble de panneaux comportant des informations sur l'histoire de la culture du sel, sur la faune et la flore.

     

    Ici se termine la visite des Salins, j'espère que cette balade vous aura plu malgré le ciel tout gris. Au moins vous n'avez pas souffert du vent froid qui soufflait ce jour là (seul jour de cette semaine de vacances en juin, où le temps a été maussade)

     

    Pour la carte de France des paysages de ce week-end, je vais essayer de vous faire visiter un autre endroit de Gruissan très apprécié par tous les visiteurs.

     

     


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique