•  

    Bonjour

     

    Aujourd'hui j'ai juste envie de vous montrer ce travailleur acharné qu'est le bourdon. J'ai pris ces photos lors de mes errances au milieu de mes fleurs, là où je trouve un peu de paix.

    Tout comme les abeilles, la femelle butine de fleurs en fleurs, recueillant le pollen sur ces pattes. C'est un insecte très utile pour la pollenisation.

    Il récolte le pollen pour nourrir ses larves et se nourrit du nectar des fleurs.

    Contrairement à ce que l'on croit souvent, le bourdon n'est pas le mâle de l'abeille appelé faux-bourdon. Comme chez les abeilles, il y a des reines et des femelles bourdon. La femelle est plus grosse que le mâle et peut mesurer jusqu'à 25 mm. Seul la femelle a un dard qui ne lui sert qu'à se défendre.

     

    Celui-ci est un bourdon terrestre (famille des apidae) Regardez la belle récolte !

    Insectes

    Insectes

    Insectes

    Insectes

    Insectes

    Insectes

    Pour en savoir plus sur les différenciations entre abeilles et bourdons, sur leur mode de vie, je vous renvoie sur wikipedia, c'est très intéressant

     

     


    21 commentaires
  • Tout l'été, cet étrange insecte est venu butiner les fleurs de menthe. Je ne le connaissais pas et après quelques recherches, j'ai découvert que c'était un Isodonte mexicain. Il est originaire d'Amérique du nord et a été importé en France dans les années 1960

    L’Isodontia mexicana est une guêpe solitaire de la famille des Sphecidae qui se nourrit de nectar et de pollen et n’est pas agressive même si sa taille et son comportement peuvent impressionner.
    Son abdomen est relié au thorax par un long pétiole.

    Les nids sont faits dans des tiges creuses ou dans des feuilles enroulées, ainsi que dans des hôtels à insectes. Ils sont composés de plusieurs cellules séparées par des débris végétaux ce qui peut expliquer que l’on observe parfois cette guêpe transportant des brindilles ou des bouts d’herbe

    Elle capture et paralyse des grillons et sauterelles qu’elle dépose dans son nid pour nourrir ses larves... ! Elle mourra en fin de saison.

     Pour finir, une petite vidéo, un peu dure

     

     Bonne journée à tous, profitez bien de la douceur des belles journées automnales.

     


    25 commentaires
  • Bonjour à tous et à toutes

     

    Il est apparu à grand bruit d'ailes, plusieurs soirées depuis fin août. Il a même effrayé le chat qui dormait tranquillement dans l'herbe, lorsqu'il a effleuré ses oreilles. Pauvre minou, il n'a pas demandé son reste, il a fait un bond en l'air et a pris la poudre d'escampette.

     

    Les premières photos sont du 23 août, puis je ne l'ai plus revu jusqu'au 8 septembre où il est apparu quelques soirées vers 22 heures, alors que je profitais de la fraîcheur de la nuit. Je ne sais pas si c'est le même, celui du 8 semble un peu différent au niveau du thorax et de la jonction avec l'abdomen.

    J'ai fait quelques recherches et je pense que c'est un sphinx du liseron, ou peut-être un sphinx du troene.... si quelqu'un peut me confirmer ??? Il a une envergure d'environ 12 cm.

     

    Le sphinx du liseron

    Le sphinx du liseron

     

    Essai avec le flash, je le trouve plutôt monstrueux lolllll

    Le sphinx du liseron

    Le sphinx du liseron

    Le sphinx du liseron

     

    Photos du 8 septembre, les photos sont moins nettes car il n'y avait pas de lune pour apporter un peu de lumière. Le 23 août j'avais pu bénéficier de la fin de la pleine lune.

    Le sphinx du liseron

    Le sphinx du liseron

    Le sphinx du liseron

     

    L'an dernier je vous avais montré une grosse chenille ici, cette fois je vous montre le papillon qui en résulte. Je n'ai jamais su si ma chenille avait survécu, peut-être qu'un de ces papillons en est issu !!!

    *********************************

    J'essaie de reprendre mon blog mais j'ai beaucoup de mal à m'y remettre. J'ai eu du monde tout l'été et je me sens toujours très fatiguée, avec beaucoup de troubles et les douleurs qui m'empêchent de dormir. J'évite donc de faire trop d'ordinateur. Je préfère passer du temps à observer les insectes et les fleurs et les prendre en photo, c'est très relaxant. J'ai aussi beaucoup bricolé lorsque je n'avais personne à la maison , j'ai fait plusieurs cartes que je vous montrerai prochainement, et je suis sur un gros projet depuis 6 mois, qui me demande beaucoup de temps. J'espère le terminer et vous le montrer dans deux ou trois mois.

     

    A très vite

     

     


    15 commentaires
  • Aujourd'hui je vous montre une autre chenille.

    Bertille, une de mes fidèles lectrices, m'a déposé en commentaire dans mon article précédent, une photo de chenille qui m'était inconnue jusqu'à ce jour. Avec son autorisation je l'ai mise en avant dans ce billet, afin qu'elle soit vue par un plus grand nombre de personnes.

     IMG0410

    C'est Estelle, puis Bertille qui l'ont identifiée. Il s'agit de la chenille du papillon "la pudibonde" appelée aussi "la Patte-étendue" (Calliteara pudibunda) Merci à toutes les deux pour cette identification.

    Le papillon issu de cette chenille n'est pas aussi joli.

    J'ai trouvé ces photos sur le net :

    Le mâle

     

    La femelle

     

    La chenille est polyphage et se nourrit de feuillus (chênes, érables, saules, noisetiers, etc...)

    La Pudibonde est un papillon de nuit de la famille des lymantridés.

    Elle doit ce drôle de nom au comportement de la chenille. Au moindre dérangement cette dernière fait le gros dos en ramenant la tête dans les replis de l'avant corps, ce qui a pour effet de déployer son abondante pilosité et d'en masquer ainsi... les supposées "pudeurs" !

    Son autre nom, la Patte étendue est dû à la position étalée des pattes du papillon au repos.  Les pattes, la tête et le thorax sont inhabituellement velus.

    Vous trouverez de nombreux renseignements et photos sur l'évolution de ce papillon de l'oeuf à l'adulte, son mode de vie, etc.....: La pudibonde

     

     

     


    9 commentaires
  • C'était le 24 septembre. J'ai surpris le chat entrain de surveiller quelque chose devant lui, il avait l'air si concentré, donnant des petits coups de pattes hésitants que je suis allée voir ce qui retenait autant son attention. C'était une énorme chenille comme je n'en n'avais jamais vu. Ne la connaissant pas, je n'ai pas osé la toucher et l'ai fait vite fait glisser sur un papier afin de la soutirer des griffes de monsieur chat.

    Chenille énorme

    Chenille énorme

    J'ai d'abord songé à la conserver comme l'avait fait Cricri avec ses machaons.

    Mais en faisant une recherche sur le net, j'ai découvert que c'était une chenille de sphynx et que ce genre de chenille faisait son cocon dans la terre. Comme je ne savais pas comment la soigner, ne sachant pas encore de quel sphinx il s'agissait et n'ayant rien pour l'installer, je l'ai laissée un moment sur le papier posé sur la table en attendant de trouver ce que je pourrais en faire. Elle ne semblait pas très vive, et réagissait juste un peu au toucher. Je ne m'en suis donc pas inquiétée plus que ça. Mais lorsque j'ai voulu la reprendre, elle n'était plus là !!!! Je l'ai cherchée dans toute la cuisine, j'ai vérifié les bords de la porte-fenêtre afin de ne pas l'écraser en fermant, si jamais elle avait eu l'idée de l'escalader. Finalement mon mari l'a trouvée sur le tapis de la salle de bain ! ouffff... ma plus grande crainte avait été de marcher dessus.... beurkkkk..... Elle avait parcouru une dizaine de mètres en très peu de temps.

    Je décidais donc de la déposer au milieu de mes plantes dans le jardin, bien à l'abri du regard des oiseaux et des griffes de chats et espérant qu'elle trouverait la plante qu'il lui fallait pour se nourrir. Le soir venu elle était toujours au même endroit.

    Chenille énorme

    Chenille énorme

    Pour vous donner une idée de sa taille, la voici à côté de mon index.

    Chenille énorme

    Vendredi matin je suis retournée voir si elle était encore là. Je l'ai trouvée entrain de s'enterrer là où je l'avais laissée la veille.

    Chenille énorme

    Chenille énorme

    Chenille énorme

    Une demi-heure plus tard elle avait totalement disparu. Il va falloir que je pense à ne pas piocher à cet endroit !

    J'avais d'abord pensé à un sphinx du troene, mais en regardant mieux, j'ai trouvé qu'elle ressemblait plus au sphinx du liseron. Ses couleurs avaient déjà pâli car elle était prête à tisser son cocon.

    Cette chenille devrait donner ce papillon. Je me souviens avoir vu un sphinx voler sur mes fleurs de la passion un soir d'été, mais je n'ai pas réussi à faire de photos, l'obscurité et le mouvement du papillon ne donnant rien. Je ne l'ai pas revu par la suite.

    J'ai emprunté la photo sur ce site : ddbrug

    Je ne sais pas quel sera l'avenir de cette chenille, dans combien de temps elle sortira de terre sous la forme d'un papillon, ni s'il en sortira ou s'il est trop tard car le froid arrive.

     

     

     

     


    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique