• Sur les traces de nos pères : visite d'une mine de fer en Lorraine (2ème partie)

    Voici la suite de mon article sur les mines de fer de Lorraine publié ici.
    Après vous avoir parlé du travail dans les mines depuis leurs origines jusqu'aux années 1950, voici l'ère de la mécanisation.

    La "mine d'aujourd'hui" (1950 à 1990)

    De progrès en progrès, à partir de 1950, la mine prend son visage actuel. L'utilisation du diesel et de l'électricité donne aux machines une puissance et une souplesse de déplacement accrues. Si la voie ferrée reste la reine du transport principal du minerai au fond de la mine, si les wagons de gros tonnage apparaissent, le travail des chantiers d'abattage ne ressemble plus à ce qui a été présenté précédemment. La mine  actuelle, c'est un homme, une machine. Les engins de foration rapide font des volées de 40 coups de mine, les godets des chargeuses-transporteuses emportent à chaque voyage 15 tonnes de minerai... mais les conditions de travail se modifient, le bruit, les fumées des tirs, la poussière, les gaz de moteurs rendent le métier de mineur plus contraignant.

    Le jumbo de foration à air comprimé (1955)
    Machine puissante servant à faire des trous dans les parois des galeries pour y glisser les explosifs. Cette machine remplace le travail de forage manuel au marteau pneumatique.

    DSC05596
    DSC05599
    Le jumbo de foration tout hydraulique (1960)
    DSC05604
    La chargeuse électrique Joy et camion-navette (1952-1970)
    La chargeuse "Joy" est une grosse machine qui sert à charger le minerai abattu.  Elle a deux  grosses pinces qui guident le minerai  vers  l'arrière.

    DSC05609
    DSC05610
    DSC05611
    DSC05612
    La chargeuse transporteuse (1970-1997)
    DSC05613
    La machine à purger (1971-1997)
    Le purgeage c'est l'action qui permet de faire tomber par terre les blocs de minerai qui risquent de tomber brusquement du plafond. On purge avant que les mineurs travaillent. Autrefois, on purgeait avec un bâton, maintenant on purge avec une machine.

    DSC05618
    Le tir au nitrate-fuel (1970-1977)
    DSC05620
    DSC05621
    DSC05623
    Le Jumbo de boulonnage (1965-1997)
    Le jumbo de boulonnage  est une machine qui enfonce des tiges métalliques dans le plafond des galeries pour le soutenir.
    DSC05622
    Le convoi de minerai (1935-1997)
    DSC05630
    La station de dépannage 1950 - 1997
    DSC05626
    La station de casse-croûte (1950-1997)
    DSC05624

    Quelques explications sur le minerai :
    Le minerai de fer (minerai métallique) est la matière première du fer et de l'acier. C'est un élément de terrain contenant 10 à 30 % de fer à l'état brut, il apparaît sous forme de gisement.
    Dans le minerai, le fer est à l'état d'oxyde ferrique Fe2O3 . Pour l'énucléer il faut dissocier le fer de l'oxygène : on réalise cette dissociation à température élevée par un traitement de réduction grâce au carbone. On obtient ensuite la fonte du métal qui est recueillie à l'état liquide, on l'affine alors pour éliminer les impuretés et le produit final est coulé dans des lingots ou de manière continue. Le produit cristallise avec la baisse de température.

    Voilà la petite visite des galeries terminée. Prochainement je vous montrerai quelques photos du musée pour conclure.


     

    « Le printemps est arrivéTerrine de poisson »

  • Commentaires

    14
    Danielle
    Lundi 11 Août 2014 à 12:29
    Danielle
    Merci Thérèse de nous avoir apporté tant d'explications et permis ainsi de mieux connaitre le rude travail de ces hommes qui ont si peu vécu à l'air libre. Quand la machine à forer a remplacé le travail munuel des hommes pour percer des trous afin d'y installer les explosifs, quel gain de temps et de labeur pour eux. Puis les blocs de minerai emportés par les wagonnets remplacés ensuite par les chargeuses permettant d'amener des tonnes de minerai, l'apparition de toutes ces machines a allégé le travail humain "de force" mais d'autres contraintes sont apparues. Travailler sous terre, respirer en permanence toutes ces nuisances, quel courage et quelle volonté de la part de ces mineurs, c'étaient des hommes admirables et exemplaires. Merci de ce reportage qui m'a passionnée, me rappelant les souvenirs que me racontait mon père qui avait un ami mineur, mort "au fond" accidentellement, bien jeune encore. Gros bisous à toi. Danielle
    13
    Bieger Reinhold-René
    Lundi 11 Août 2014 à 12:29
    Bieger Reinhold-René

    Bien le bonjour d´un ancien mineur de la ville aux 4 mines d´ Algrange (Moselle)

    Votre blog pour moi, cela ne peux pas être autrement, très intéressant. Après la retraite de ma 2ème profession comme programmeur, j´habite maintenant au bord du lac de Constance en Allemagne. J´écris en ce moment l´histoire du Centre d´Apprentissage des mines de fer d´Algrange, pour completter le passé de cette ville à forte tradition. Il me manque 2 photos (Chargeuse Joy en action avec camion-navette). Si vous me donniez la permission d´en utiliser 2 de votre blog pour documenter mon histoire alors je vous en serai très reconnaissant.       Félicitation pour ce blog à autres idées, mais merveilleux. 

    Amitiés   

    René Bieger

    12
    Vendredi 22 Juillet 2011 à 08:04
    Thérèse

    Bonjour, très heureuse de votre visite, si vous pouvez attendre la semaine prochaine, je vous enverrai les photos sans signature et à leur taille normale, car sur le blog elles sont réduites à 500 pixels. Je dois m'absenter pour quelques jours et ne pourrai pas vous les envoyer dans l'immédiat. Sinon, vous faites un clic droit sur les photos pour les enregistrer dans votre ordinateur, merci de ne pas faire de copier-coller.

    Si je comprends bien vous êtiez à Algrange ? j'y vais souvent, mon frère y habite.

    J'ai quelques photos anciennes des mines d'algrange, mais je suppose que vous devez les avoir auss, car elles viennent du net. Si toutefois vous êtes intéressé, je me tiens à votre disposition.

    Bien amicalement

    11
    Dimanche 28 Mars 2010 à 23:49
    Thérèse
    Oui ça doit être difficile d'être constamment dans le noir, quoiqu'ils doivent être mieux équipés de nos jours, dans les quelques mines restantes.
    10
    Dimanche 28 Mars 2010 à 10:17
    Certes ils sont mieux équipés les mineurs actuels et ont du matériel pour les aider, mais ils sont dans le "noir" en permanence. Comme ça doit être pénible l'hiver, ils ne voient le soleil que les jours de repos ... Dur.
    9
    Mercredi 24 Mars 2010 à 23:22
    Thérèse
    Gros bisous à toi aussi
    8
    Mercredi 24 Mars 2010 à 23:22
    Thérèse
    Merci Danielle d'avoir apprécié mon travail. Tu vas pouvoir lire encore quelques souvenirs dans mon prochain article. Je craignais que mes articles ne soient pas très compréhensibles, mais je vois que tu as bien résumé tout ce que voulais dire.
    Gros bisous Danielle, j'espère que tu vas bien, que ton moral est bon.
    7
    Mercredi 24 Mars 2010 à 23:20
    Thérèse
    Oui très dur, les mineurs en sortaient rarement indemnes de maladies des poumons (silicose)
    Bonne nuit, bises
    6
    Mercredi 24 Mars 2010 à 23:18
    Thérèse
    C'était une époque difficile, où le bonheur était fait de petits riens, les hommes avaient un travail, ça faisait des familles heureuses qui vivaient dans la plus grande simplicité.
    Bises
    5
    Mercredi 24 Mars 2010 à 23:15
    Thérèse
    Oui c'était très dur, mais ils aimaient leur travail...
    Bonne nuit à toi
    4
    Mercredi 24 Mars 2010 à 13:15
    pasteline
    bon reportage!
    qu'il devait être dur de travailler dans cet endroit!
    bonne journée ensoleillée
    3
    Mardi 23 Mars 2010 à 09:25
    canelle56
    Merci Thérèse pour cette promenade dans les mines j' ignorais tout de ce monde et là j' en sais un peu plus.. quelle époque quand même et que de souvenirs pour tous ces hommes
    bises
    2
    Mardi 23 Mars 2010 à 07:44
    c'est impressionnnant...quel dur labeur.....merci de tes explications...belle journée à toi
    1
    Mardi 23 Mars 2010 à 00:45
    SONYA972
    merci pour ce partage
    gros bisous
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :