• Retour d'Afrique, Corinne Hofmann (suite de

    Après vous avoir présenté "La Massaï blanche",  voici la suite : "Retour d'Afrique"

     
    Il a été écrit, comme l'explique Corinne Hofmann, sur les insistances des lecteurs du premier livre qui souhaitaient savoir ce que cette ex-épouse d'un guerrier Samburu était devenue après son retour à la "civilisation". Corinne et sa fille Napiraï, alors âgée de 15 mois, arrivent en Europe le 6 octobre 1990, par une "froide" journée d'automne. Corinne pèse moins de 50 kilos pour 1.80 mètre. Elle est malade, désemparée et n'ose pas dire à sa mère qu'elle est rentrée pour ne plus repartir. Après sa vie chez les Massaïs, le retour en Suisse n'est pas exempt de difficultés.
    Après son dur combat pour survivre au Kenya, la voici confrontée à un nouveau combat pour survivre une seconde fois. il lui faudra réintégrer la civilisation, réapprendre à vivre à l'occidentale, se réadapter au rythme de vie frénitique, au stress quotidien et à l'intolérance, car sa fille est métissée. Son courage et sa ténacité lui permettront de retrouver rapidement du travail et un logement, et d'élever seule Napiraï. Elle continuera également à entretenir des rapports réguliers avec sa famille africaine, et les aidera dans la mesure de ses moyens.


    « Ce que l'amour de la vie et la foi peuvent faire...Retrouvailles au Kenya, Corinne Hofmann (suite et fin de »

  • Commentaires

    5
    Verdinha
    Lundi 11 Août 2014 à 12:37
    t'inquiète pour les visites..... tu me connais, je ne vais pas me fâcher...

    Bsous

    Verdinha
    4
    Vendredi 19 Juin 2009 à 01:31
    Thérèse

    Ah l'amour !!!!! il fait parfois faire de ces choses !!!! euhhh nonnnn, moi, ça ne m'étonne pas ! Elle lui a quand même appris quelques-unes de nos habitudes... il a été cool quand même ! son amour était aussi fort que le sien !
    Que ton bonheur dure toujours, c'est génial !
    hummmm le Porto  j'adore !
    et pourquoi pas une piquette bien épicée !!!! ouhla, il est temps que j'aille dormir, le porto commence à faire effet
    Bisous Ma chère Verdinha, je suis triste de ne pouvoir venir sur ton blog en ce moment. Je me rattraperai quand j'aurai récupéré mon ordinateur

    3
    Vendredi 19 Juin 2009 à 01:09
    Thérèse
    Merci Canelle, j'ai bien aimé le lire, mais ma préférence a été au premier volume et au 3ème. Lis le si tu en as la possibilité...
    Bises
    2
    Jeudi 18 Juin 2009 à 17:01
    Verdinha
    Quelle courage elle a eu !

    Je suis vraiment étonnée de constater ce que peut faire un coup de foudre.
    Comment a-t-elle pu aimer et vivre avec cet homme qui ne lui a rien apporté si ce n'est des mauvaises conditions de vie, des maladies, sans échange de culture valable (il n'a rien changé à ses habitudes) ? Elle n'a même pas eu droit aux caresses, aux baisers, au plaisir !

    Moi j'ai eu aussi le coup de foudre mais je n'ai pas senti de choc de culture, social, affectif. J'ai trouvé un pays un peu en retard par rapport au mien du point de vue technologique et pratique mais c'est  tout (et il a bien évolué depuis) !
    Nous parlions français ensemble et j'ai commencé à parler en portugais avec lui après 6 mois pour m'adapter plus facilement à la langue.
    J'ai reçu et je reçois encore plein d'amour, d'affection, de respect
    Retourner dans mon pays d'origine, je n'y pense même pas si ce n'est pour visiter toute ma famille qui y est restée et éventuellement en vacances. 
    Je ne changerais pour rien au monde !
    Pourquoi échanger du Porto (qui s'améliore encore avec l'âge) pour de la piquette ?

    Bisous

    Verdinha
    1
    Jeudi 18 Juin 2009 à 09:52
    pasteline
    tu me donnes envie de le lire...Bon résumé...BISES
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :